BONNE ANNÉE 2018 !

Que souhaiter aux uns et aux autres en ces premiers jours de 2018 ?
Chaque année apporte son lot de souhaits, et on ne peut pas s’en affranchir sans risquer de tomber dans l’indifférence pour les autres.
On peut souhaiter pour les autres ce que l’on se souhaite à soi-même car il est bon de s’estimer soi-même.
Être en bonne santé physique et morale, c’est ce que l’on entend le plus souvent autour de nous dans la mesure où ça dépend d’abord de nous-mêmes!
Mais aussi la joie de vivre et la joie de croire comme le pape François le dit si souvent dans ses interventions et dans ses textes.
La joie est plus souvent du côté du bonheur que du côté du plaisir, surtout lorsqu’il faut choisir entre les deux, et même si c’est plus contraignant !
Alors, je souhaite de continuer à explorer les pistes des disciples missionnaires pour tous ceux qui veulent connaître la joie de l’Évangile du Christ.

Donc bonne année 2018!

Père Robert Aliger

EDITORIAL MARS 2017

Photo R.Aliger

CARÊME 2017 

Edito : « Je me suis arrêtée de fumer » c’est ce que disait, à la fin d’un repas familial, une dame que ses voisins de table s’étonnaient de ne pas la voir allumer une cigarette à ce moment précis, comme elle en avait l’habitude depuis tant d’années. Ce n’était pas à l’occasion d’un événement religieux comme le temps de Carême que nous parcourons pendant quarante jours, mais dit-elle « lorsque j’ai eu conscience que cette envie de fumer devenait chez moi comme une obsession, pensant toujours à acheter de nouveaux paquets de peur d’en manquer ! » Cette attitude courageuse mérite d’être soulignée, non seulement comme un exploit, mais comme un exemple de ce que la liberté de chacun peut mettre en route pour ne plus être dépendant d’un produit toxique, comme le tabac, l’alcool, la drogue et même les jeux vidéo. Le temps du Carême peut être l’occasion d’exercer sa liberté et pendant ces quarante jours de choisir de faire plus, ou alors de faire moins, selon ce qu’on choisit. Certains arrêtent de fumer pendant ces jours-là, comme je l’ai vu faire autrefois de certains prêtres gros fumeurs de pipe, d’autres prennent plus de temps pour s’occuper des autres simplement en les visitant ou en leur téléphonant, d’autres en prenant au sérieux la Parole de Dieu et en préparant durant la semaine les lectures du dimanche suivant et même en les partageant avec leurs voisins. Une préface de Carême le dit : Tu veux, par notre jeûne et nos privations, réprimer nos penchants mauvais, élever nos esprits, nous donner la force et enfin la récompense… » Ne nous laissons pas voler notre Carême, comme dit si souvent le pape François, que ce soit un temps de lutte spirituelle, mais aussi de joie de croire et de joie de vivre. Et que le sacrement de réconciliation, proposé le 4 avril aux Cadeneaux, le 6 à Septèmes, marque ce temps de renouveau spirituel qui ouvre si bien la Semaine Sainte et la fête de Pâques.

« Les yeux fixés sur Jésus-Christ, entrons dans le combat de Dieu »

 

                                                                                                    Père Robert ALIGER