JOYEUX NOËL

noel2016_715x400px

Edito : « La nuit où le jour a commencé »…

C’est le titre d’une pièce de théâtre dont j’ai entendu parler par hasard en écoutant la radio. Mais ce titre m’a bien plu, il m’a surpris dans son énoncé, car, apparemment, entre le jour et la nuit, il faut choisir l’un ou l’autre ! Pourtant,  à  bien  considérer  les  choses,  on  peut  comprendre  qu’il  ne  s’agit  pas  d’une  déduction  logique  et rationnelle, mais bien au contraire c’est un enchaînement fluide et presque sentimental. J’y retrouve la manière de considérer les choses à la façon biblique où les nuits précèdent les jours, comme pour montrer l’importance de ce qui se passe la nuit, à l’abri des regards indiscrets. Bien avant moi, un auteur a écrit de belles choses sur l’action de Dieu pendant la nuit, c’est St-Jean de la Croix, un mystique espagnol du XVIème siècle, contemporain et soutien de Ste-Thérèse d’Avila. Dans le livre de la Genèse, le premier jour de la création est précédé par une nuit « il y eut un soir, il y eut un matin, ce fut le premier jour ! » La nuit pascale est celle où l’Ange est passé par-dessus les maisons des Hébreux et a évité de frapper leurs enfants. Moïse a connu la nuit qui précédait le passage de la Mer Rouge. Et plus près de notre histoire, c’est la nuit de Noël où le Sauveur est né. C’est également durant la nuit que Jésus a passé un temps de profonde tristesse avant son arrestation le Jeudi Saint au soir. Mais de la nuit du tombeau, surgira la Résurrection du Christ au matin de Pâques ! En ces jours de novembre et décembre où les nuits sont plus longues et nous enferment derrière nos volets clos, souvenons-nous que c’est « la nuit où le jour a commencé ! ».

BONNE FÊTE DE NOËL

Père Robert ALIGER

La paroisse du christ-roi tient à remercier la municipalité pour la mise en place du service d’ordre lors des messes de noël. 

L’IMMACULÉE CONCEPTION – FÊTE DU 8 DÉCEMBRE

marie

Cette notion « d’immaculée conception » s’applique, suivant la théologie catholique, à la Vierge Marie, mère de Jésus, le Fils de Dieu. L’immaculée conception concerne Marie et ne doit pas être confondue avec la conception virginale de Jésus par Marie. Celle-ci, en vertu « d’une grâce venant de la mort de son fils Jésus » est préservée de tout péché, sans être marquée par le péché originel. En fait, c’est l’exceptionnelle sainteté de Marie qui est affirmée ainsi. « Elle est ornée dès le premier instant de sa conception des splendeurs d’une sainteté tout à fait singulière » dit Lumen Gentium, la constitution sur l’Eglise du concile Vatican II. Les orientaux l’appellent la « penagia », terme grec signifiant la Toute Sainte. Cette foi s’appuie sur une très ancienne tradition dont le fondement est la salutation de l’Ange Gabriel à Marie : « Salut, pleine de grâce » Luc :1,28 . C’est en 1854 que le dogme de l’Immaculée Conception est proclamé par le pape Pie IX à Rome. De façon surprenante, quatre ans plus tard, une fillette sans instruction, Bernadette Soubirous, entendra de la bouche de la Dame qui lui apparait dans la grotte de Massabielle à Lourdes, cette définition d’elle-même. L’Eglise a reconnu l’authenticité des apparitions de Lourdes mais ne fait pas de l’Immaculée Conception un dogme de foi. Mais c’est une occasion, en particulier le 8 décembre de contempler en Marie la parfaite réussite de l’humanité.

Alors, ne nous en privons pas !

Père Robert Aliger.